Votre Salon

TROUVEZ UN SALON

TROUVEZ LE SALON LE PLUS PROCHE DE CHEZ VOUS

Géolocalisez votre position

et affichez les salons de coiffure Jean Louis David près de chez vous

ou

Le bandeau, un incontournable pour coiffer vos cheveux
Le bandeau, un incontournable pour coiffer vos cheveux
Le bandeau, un incontournable pour coiffer vos cheveux
Coiffure

Hair Story : le bandeau joue les prolongations

Partagez

Indissociable de Brigitte Bardot et des stars des années yéyés, le bandeau revient sur le devant de la scène. Une renaissance qui n'est pas vraiment une car cet accessoire aussi ancien que la coiffure elle-même a toujours su se réinventer pour traverser le temps.

Qu'il se porte sur le front ou plus haut sur la tête, le bandeau a très vite dépassé la simple fonction utilitaire. En tissu, élastique, tressé, serti de strass, avec des breloques... Il se transforme au gré des modes pour s'adapter, c'est sans doute le secret de sa longévité.

Dans l'antiquité, il est déjà à son apogée. Arboré aussi bien par les hommes que par les femmes, il peut être très simple, en feuillages d'arbres symboliques comme le laurier, ou en or chez les plus riches, sa largeur étant alors proportionnelle à la richesse de celui ou de celle qui le porte. Il devient ainsi l'ancêtre du diadème tel que nous le concevons aujourd'hui.

Le bandeau en version diadème dans l'antiquité
Le bandeau en version diadème dans l'antiquité

Après toute cette débauche de clinquant, il se fait plus discret mais toujours aussi précieux. Il apparaît sur les tableaux de Moyen-Âge sous forme d'une fine tresse, parfois double, sur laquelle est enfilée une pierre, ou une perle, qui tombe joliment sur le milieu du front. Mais la Renaissance lui donne l'occasion de reprendre un éclat plus intense.

Une version plus discrète au Moyen-Age
Une version plus discrète au Moyen-Age

Dans la recherche d'un raffinement toujours plus important, il se transforme en collier de tête quitte à en oublier sa fonction première pour devenir un simple ornement. Une tendance qu'il laissera de nouveau apparaître au XVIIIe siècle quand il ceint les coiffures des extravagantes et se change en collier de fleurs.

Une version florale au XVIIIe siècle
Une version florale au XVIIIe siècle

Mais c'est dans les années 30 qu'il se lâche complètement. Il succombe à la folie ambiante et devient extravagant. Il se pare de strass, de perles et de plumes à outrance. Porté avec des coupes au carré courtes, il s'affiche sur le front en plaquant la chevelure tout autour de la tête. Idéal pour danser le charleston jusqu'au bout de la nuit sans déplacer une seule mèche de cheveux. Il n'est plus seulement un bijou parmi d'autres mais devient l'accessoire principal de la tenue.

Des plumes et des strass dans les années 30
Des plumes et des strass dans les années 30

Tout cela lui a donné le tournis et il s'affiche très sagement dans les années 60 où il est porté très sobre et large par les jeunes filles de bonne famille. Il recouvre la partie avant des cheveux pour dégager le visage. En tissu élastique, il manque un peu de fantaisie mais quand BB le porte, il devient iconique. La décennie suivante, il troque son allure sage pour devenir bohème et androgyne. Il redevient simple lien en tissu ou en fil tressé, mais toujours coloré, qui se porte sur le front. La nouveauté ? C'est sa longueur. Il se noue sur le côté et ses bords pendent jusqu'aux épaules, rappelant qu'il a été aussi la parure des amérindiens.

Un style plus sobre dans les années 70
Un style plus sobre dans les années 70

Au XXIe siècle, le bandeau a choisi son camp. Il sera bijou ou il ne sera pas. Il fleurit sur les podiums des défilés en se couvrant de métal, de pierreries, de strass, des plumes... ou simple noeud en gros grain pour séduire sans oublier de servir.

Chignon haut et bandeau noué pour le défilé Chanel de l'automne 2016
Chignon haut et bandeau noué pour le défilé Chanel de l'automne 2016
En savoir plus :
Keratin Therapy
Keratin Therapy